Il Coro Piccolo

Choeur & Orchestre en région nantaise

Novembre 2019 : Une heure avec Telemann

Issu d'une famille aisée et cultivée de Magdebourg, Georg Philipp Telemann se révèle être un enfant prodige de la musique, bien que quasiment autodidacte tant il est contrarié dans sa vocation musicale par sa famille. À l'âge de vingt ans, il maîtrise une dizaine d'instruments, et a déjà écrit des motets, des opéras, des musiques de scènes...

Il s'installe à Leipzig en 1701 pour étudier le droit, et, sous la pression maternelle, s'engage à ne plus s'occuper de musique. Mais cette promesse ne tient guère longtemps, et Telemann se retrouve rapidement au cœur de la vie musicale de Leipzig : il y fonde un orchestre, écrit des cantates pour les offices religieux, chante et joue à de nombreuses occasions. Son aura lui attire l'inimitié, voire la jalousie de Johann Kuhnau, le directeur musical municipal, qui lui reproche sa trop grande inclination vers la musique profane. Cette tension incite Telemann à quitter Leipzig, et il prend le poste de Kapellmeister à Sorau.

Dans les années qui suivent, Telemann occupe divers postes de prestiges à Sorau, Eisenach ou Francfort. Il compose de très nombreuses cantates profanes ou sacrées, des oratorios, de la musique de chambre ou pour orchestre, tout en dirigeant plusieurs orchestres. Il se fixe enfin à Hambourg, après avoir refusé en 1722 le poste de Cantor de Leipzig (poste qui sera attribué à son ami Jean-Sébastien Bach, pour sa plus grande gloire).

Insatiable créateur, il compose notamment à Hambourg de nombreux opéras, et honore avec toujours autant de prodigalité ses autres engagements : Kapellmeister à Bayreuth, créateur et directeur d'une revue musicale, chef d'orchestre et bien d'autres encore. Homme très apprécié en Allemagne mais aussi en France, Telemann compose jusqu'à sa mort, à l'âge respectable de 86 ans, sans jamais se fermer aux influences et évolutions de la musique en Europe. Son catalogue compte près de 6000 œuvres, et continue d'être redécouvert encore de nos jours.

3 concerts : En cours de programmation

Tarifs : 12€ / 6€ / Gratuit -12 ans. Pas de réservation, billetterie sur place.

Juin 2020 : JS Bach - Oïkoumène, Magnificat en Ré / Messe en Si mineur (1733)

Johann Sebastian Bach naît en 1685 à Eisenach, en Allemagne, au sein d'une famille de musiciens de renom. Son talent naturel, son éducation musicale soignée et éclectique, ainsi que son goût pour l'érudition font rapidement de lui un musicien accompli : au gré de ses voyages dans l'Allemagne luthérienne de ce XVIIIème siècle naissant, Bach parfait son art et se forge une solide réputation d'organiste. Il étudie et recopie avidement les partitions des maîtres français, allemands et italiens (Couperin, Buxtehude, Corelli...). En 1707, à Mülhausen, il écrit ses premières cantates et épouse sa cousine Maria Barbara.

En 1708, gêné par le puritanisme religieux du mouvement piétiste, Bach quitte Mulhaüsen et accepte une situation à Weimar : il est organiste et premier violon solo à la chapelle du duc de Saxe-Weimar Guillaume II, et prend pour élève le neveu et héritier de ce dernier, Ernest-Auguste. Il passe là neuf années de sa vie, fructueuses mais ennuyeuses, et se voit finalement offrir le prestigieux poste de Kapellmeister à la Cour de Köthen, auprès d'un prince féru de musique et excellent musicien lui-même.

La mort de sa femme Maria Barbara en 1720 le marque toutefois profondément, et s'il se remarie quelques temps après avec Anna Magdalena Wilcke, il songe toutefois à quitter Köthen, trop chargée de souvenirs, et dont la soif musicale s'est quelque peu tarie en raison des dépenses militaires du Saint-Empire germanique. C'est ainsi qu'il obtient le poste de Cantor à Leipzig en 1723, qu'il occupera jusqu'à sa mort.

Soutenu par sa femme Anna Magdalena, Bach trouve à Leipzig un endroit qui convient à sa soif de connaissance, son érudition et son mysticisme : il enseigne la musique, le catéchisme, le latin, et compose la majorité de son œuvre sacrée (trois oratorios, un Magnificat, ses Passions...), ainsi que près de 400 cantates (dont seules environ 200 sont parvenues jusqu'à nous). Chaque dimanche et chaque jour de fête, il doit produire une nouvelle partition : grâce à des musiciens brillants et un chœur qui a reçu son très estimable enseignement, il parvient à faire exécuter ses œuvres avec une seule répétition, suscitant la jalousie des uns et l'admiration des autres.

Bach termine sa vie le 28 juillet 1750, après 25 années passées à Leipzig, au sommet de sa gloire sans doute, mais faisant figure auprès de ses puînés de bigot un peu passé de mode : c'est ainsi que son œuvre demeure oubliée pendant de nombreuses années, puis, redécouverte progressivement, influence par la suite de nombreux compositeurs, au rang desquels Mozart, Beethoven, Mendelssohn ou encore Wagner.

5 concerts : En cours de programmation

Tarifs : 12€ / 6€ / Gratuit -12 ans. Pas de réservation, billetterie sur place.